Page:Binet - Les altérations de la personnalité.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


santé ; c’est une affirmation que les auteurs anglais font souvent ; ils sont très discrets et très réservés quand ils parlent de leurs sujets, et semblent craindre souvent d’appliquer le nom d’hystérie à des personnes qui cependant ont notoirement des crises de nerfs. Il n’importe. Nous ferons remarquer à cette occasion, que les hystériques ne sont pour nous que des sujets d’élection, agrandissant des phénomènes qu’on doit nécessairement retrouver à quelque degré chez une foule d’autres personnes qui ne sont ni atteintes ni même effleurées par la névrose hystérique.

L’importance des résultats obtenus par Gurney est augmentée par ce fait que ce savant auteur est arrivé le premier en Angleterre à reconnaître le dédoublement de la personnalité qui se réalise chez l’hypnotisé, et qu’il a fait ses recherches sans avoir connaissance de celles qui ont eu lieu en France à peu près vers la même époque[1].

Le propre des expériences de Gurney est de consister dans une exploration de la mémoire d’une personne à laquelle on n’a adressé aucune suggestion spéciale. Par le procédé délicat et ingénieux de l’écriture automatique, le psychologue anglais a montré la persistance à l’état de veille des états somnambuliques.

Arrêtons-nous un moment devant cette situation psychologique, car c’est la première fois que nous la rencontrons ; la personne en expérience est revenue à l’état de veille ; elle a retrouvé son moi normal, elle a repris l’orientation ordinaire de ses idées ; en elle survit, sans qu’elle en ait conscience, un reste de la vie somnambulique qu’elle vient de franchir. C’est une collection de phénomènes psychologiques qui restent isolés de sa conscience normale, et qui cependant sont doués de conscience ; ils forment une petite conscience à côté de la grande, un petit point lumineux à côté d’un grand foyer de lumière. Cet exemple doit servir de transition entre les études qui nous ont occupé jusqu’ici, et celles qui vont remplir la deuxième

  1. Myers, The work of Edmund Gurney, Proceedings S. P. R., décembre 1888, p. 369.