Page:Bloy - Le Salut par les juifs, 1906.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XIII


Mais qui donc peut s’intéresser à ces vénérables Images sur lesquelles pourtant le monde a vécu, et qui voudrait s’efforcer de les comprendre ? Un travail tel que celui-ci ne souffre guère qu’on les écarte, et comment échapper à la décourageante certitude qu’on ne sera pas entendu ?

Ils ont l’air parfois si contradictoires, ces vocables, familiers ou rares, dont le sens littéral est si divers et l’acception spirituelle si invariable, qui disent tous à leur manière la Substance infinie et qui ne sont que des voiles d’un tissu changeant au devant du même tabernacle !