Page:Bloy - Le Salut par les juifs, 1906.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XVII


Et la Mère des fidèles, glacée d’horreur, continue, dans l’introublable sérénité de sa Liturgie, les Lamentations sublimes :

« Comment est-elle accroupie dans la solitude, la Cité pleine de peuple ? Elle est faite comme une veuve, la Dominatrice des nations ; la Princesse des provinces est devenue tributaire.

« En larmoyant elle a pleuré dans la nuit et ses larmes sont en ses joues ; il n’est aucun de ses bien-aimés qui la console : tous ses amis l’ont méprisée et lui sont devenus ennemis.

« Juda a changé de lieu à cause de l’affliction et du cumul de la servitude. Il a habité