Page:Bois - L’Au delà et les forces inconnues.djvu/280

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
257
L’AU DELA ET LES FORCES INCONNUES

Tandis que Victorien Sardou dessinait médiumnimiquement les demeures planétaires, ces maisons de Jupiter qu’il attribuait à l’inspiration de Bernard Palissy, je signais, moi, des révélations astronomiques du nom de « Galilée ». Mais je dus reconnaître plus tard que j’avais été la dupe de ma propre imagination. Depuis que ce livre d’Allan-Kardec a paru, nous connaissons mieux la planète Jupiter, et je me suis aperçu que le prétendu Galilée qui conduisait alors ma main commit maintes erreurs ; en somme, il ne possédait que les connaissances souvent erronées que nous, avions alors de cette planète ; ce qui ne serait pas arrivé, si nous avions eu affaire à l’âme elle-même, supérieure et délivrée, de Galilée. C’était tout simplement mon « inconscient » qui écrivait de ma main, et non un esprit.

— Vous n’avez donc pas en le spiritisme la même foi que dans la télépathie ?