Page:Boissonnas, Une famille pendant la guerre, 1873.djvu/100

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

84
UNE FAMILLE PENDANT LA GUERRE.

Du même à la même.
Roches (Loir-et-Cher), 2 novembre.

Le mouvement en avant paraît général. On sent que nous entrons réellement dans la période active. Rien ne saurait vous donner une idée de l’encombrement des villages que nous traversons. Deux flots s’y rencontrent, — les fuyards avec leurs terreurs et heureusement aussi leurs troupeaux, — et l’armée qui arrive en sens contraire bousculant les fuyards et profitant (grâce à son argent) de leurs provisions.

On dit qu’une brigade de cavalerie a dû apercevoir l’ennemi aujourd’hui même ; nous avons entendu le canon cet après-midi, ce qui confirmerait le renseignement.

Du même à la même.
Forêt de Marchenoir, 6 novembre.

Nous marchons toujours, mais lentement. On parle de coups de fusil ici et là, rien encore pour nous, chère maman.