Page:Bonnerot - Romain Rolland sa vie son oeuvre.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tions et ne s’inféode à aucun parti et dont le but essentiel est de chercher à parvenir par la musique aux sources mêmes de la vie », tandis que dans ses Tragédies de la Foi, il cherche à exposer, « sous le masque d’événements historiques, les luttes que les âmes fidèles à leur idéal ont à soutenir contre le monde » ; son Théâtre de la Révolution représente dans un cycle dramatique l’« Iliade de la Nation française. Ces drames, qui recherchent la vérité morale aux dépens de la couleur anecdotique, révèlent une intuition historique et mettent en scène des caractères bien vivants ». Dans son volume Au-dessus de la Mêlée, il soutient que l’« avenir de l’humanité est supérieur à l’intérêt des peuples. La guerre est pour lui une violence barbare et, au-dessus des luttes sanglantes des nations qui recherchent la puissance, il dirige nos regards sur la cause de l’humanité. » Mais l’œuvre maîtresse de R. Rolland, « celle pour laquelle il a obtenu le Prix Nobel de littérature, » est Jean-Christophe. « Cette œuvre puissante décrit la formation d’une personnalité dans laquelle nous pouvons nous reconnaître nous-mêmes ; elle montre comment un tempérament d’artiste, en s’élevant de degré en degré, arrive à se dresser comme un génie au-dessus du niveau de l’humanité, comment une nature puissante, qui a le plus noble et le plus impérieux désir de la vérité, de la santé morale et de la pureté artistique, avec un amour débordant de la vie, arrive à se frayer un chemin à travers les obstacles qui se dressent sans cesse devant elle, comment elle parvient à la victoire et à l’indépendance, et comment ce caractère et cette intelligence sont assez significatifs pour concentrer en eux toute une image du monde. » R. Rolland décrit non seulement la vie de son héros et de son entourage, mais encore les causes de la tragédie de toute une génération. « Il expose à larges traits le travail secret qui se fait dans les profondeurs cachées et par lequel peu à peu s’édifient les nations ; il parcourt tous les domaines de la vie et de l’art ; il contient tout l’essentiel de ce qui a été discuté ou tenté pendant les dernières dizaines d’années dans le monde intellectuel ; il réalise une nouvelle esthéti-