Page:Bossuet oraisons.djvu/197

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

voit, après sept cents ans d’une royauté établie (sans compter ce que la grandeur d’une si haute origine fait trouver ou imaginer aux curieux observateurs des antiquités), seule, dis-je, se voit après tant de siècles encore dans sa force et dans sa fleur, et toujours en possession du royaume le plus illustre qui fut jamais sous le soleil, et devant Dieu et devant les hommes : devant Dieu, d’une pureté inaltérable dans la foi, et, devant les hommes, d’une si grande dignité qu’il a pu perdre l’empire sans perdre sa gloire ni son rang ? La reine a eu part à cette grandeur, non seulement par la riche et fière maison de Bourgogne, mais encore par