Page:Boucher de Perthes - Voyage à Aix-Savoie, Turin, Milan, retour par la Suisse.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



VOYAGE
À AIX-SAVOIE, TURIN, MILAN ;
RETOUR PAR LA SUISSE.
1859.




CHAPITRE Ier.


Paris. — Le major M**. — Le camp de Saint-Maur.

Je vous ai promis, ma chère sœur[1], le récit de mon voyage. Il ne vous offrira rien de nouveau : je n’ai à vous montrer que des pays que tout le monde a vus et que je vous ai dépeints dix fois, et en vérité je ne sais plus qu’en dire. N’importe ! disons toujours.

Le 11 août 1859, je pars d’Abbeville par le train de huit heures. Dans le wagon où je me trouve on causait mécanique, et en termes qui m’annoncent que les causeurs sont dans leur sujet. Ils n’en étaient pas plus d’accord, et la discussion devint si vive que je crus un

  1. Mme de Vicq, née Boucher de Crèvecœur, sœur de l’auteur.