Page:Bouillet - Chassang - Dictionnaire universel d'histoire-geo - 1878 - P2 - H-P.djvu/433

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Visconti, femme de Louis I d'Orléans, frère de Charles VI. Après la mort du dernier des Sforces, François Marie, en 1535, Charles-Quint investit de ce duché son fils Philippe II (depuis roi d'Espagne), 1540. Les successeurs de ce prince le possédèrent jusqu'en 1700 Pendant la guerre de la succession d'Espagne, l'Autriche s'empara du Milanais et les traités lui en confirmèrent la possession. Elle en céda néanmoins plusieurs parties au roi deSardaigne pour prix de son concours aux deux guerres de succession d'Espagne et d'Autriche, notamment les provinces d'Alexandrie, de Valence, de Lomelline, le val de Sesia, Tortone, Novare, etc. Diminué ainsi d'un grand tiers, le duché de Milan comprenait encore : 1° le Milanais proprement dit (Milan, Monza, Merate, Cassano, Bicocca, Marignan); 2°partiedu canton d'Anghiera; 3° Corne et son territoire; 4" le Pavesan; 5" leLodesan; 6° le Crémonais; le Mantouan y fut réuni en 1785. Le Milanais fut envahi par les Français à la fin du xvme siècle : le traité de Campo-Formio (1797) le fit entrer dans la République Cisalpine, d'où il passa dans le roy. d'Italie (1805). En 1815 il fut donné à l'Autriche et forma la plus grande partie du gouvt de Milan dans le roy. Lombard-Vénitien. Enlevé à l'Autriche en 1859 par les armées combinées de la France et de la Sardaigne, il a été réuni en 1860 au royaume d'Italie. — Voici les noms des capitaines, seigneurs et dues de Milan depuis 1257 : 1. Délia Torre. 1395), 1378-1402 Martin, 1257 J.-Marie, 1402 Philippe, 1263 Philip.-Marie, 1412-1447 Napoléon, 1265-1277 3. Sforces. 2. Yisconti. François, 1450 Othon, 1277 Galéas-Marie, 1466

Matthieu I, 1295 Jean-Galéas-Marie, 1476

Galéas, 1322 Ludovic ou Louis, dit Azzon, 1328 Ludovic le Maure, 1494 Luchin, 1339 (Louis XII, roi de - Jean, 1349 France), 1500 = Matthieu II, 1354 Maximilien, 1512 I Galéas II, 1356-1378 (François I, roi de

Barnabo, 1356-1385 France), 1515

| J.-Galéas (duc à partir de François-Marie, 1521-35 1 MILANAIS, MILANEZ. Y. MILAN (duché de). 1 MLLANÈSE (le), peintre. Y. FERRARI. I MILAZZO. Y. MELAZZO. i MILBERT (J. Gérard), peintre naturaliste, né à

Paris en 1766, m. en 1840, partit comme dessinateur

I avec l'expédition d e Baudin aux terres australes ( 1800- îj 1804), fut forcé par l'état de sa santé de s'arrêter à l'île ï de France, recueillit dans cette lie de précieux ma- | tériaux qu'il publia sous le titre de Foi/âge pittoresque S à Vile de France (1812), alla ensuite explorer lesÉtats- I Unis, et fit paraître de 1827 à 1829 l'Itinéraire pitto-

resque du fleuve Hudson et de l'Amérique du Nord.

i MILET, Milelus, v. de l'Asie-Mineure, la plus cé- j lèbre des colonies ioniennes, était située sur la côte s occid. de la Carie, près du golfe Latmique, à l'extré- | mité S. de l'Ionie, au N. et près de la Doride. Elle | était divisée par un mur en deux villes et avait 4 ports. j Près et au S. de la ville était un temple célèbre d'A- f pollon Didyméen, avec un oracle confié à la garde | des Branclïides. Fondée par des Cretois, mais renou- | velée par les Ioniens, elle était déjà puissante en 750 f av. J.-C. et elle prit le premier rang dans la confé- j dération ionienne par l'industrie, le commerce, la ? puissance politique, la richesse et le luxe : elle fonda a près de 300 colonies, entre autres, en Egypte, Nau-j cratis et Chemnis; sur les côtes de la Propontide | et du Pont-Euxin, Cyzique, Sinope, Abydos, Istro-a polis, Tomi, Olbia ou Milétopolis. Apollonia, Odessus, | Panticapée; elle tint jusqu'à 100 vaisseaux de guerre g équipés, et fut sans contredit, du vic au iv* siècle av. a J.-C, la première puissance commerciale du monde g ancien après Tyr et Carthage; mais les mœurs y ? étaientfcrtdissolues. Les laines etlapourpredeMilet 3 étaient renommées. Thaïes vint vers 587 av. J.-C. se 3 fixer dans cette ville ; les philosophes Anaximandre et

Anaximène, les historiens Hécatée et Cadmus, l'orateur Eschine, Aspasie, Aristide le conteur, y étaient nés : ce dernier est le Ie' auteur de ces contes licencieux que l'antiquité appelait Mïlésiaques.—Après être restée longtemps indépendante, Milet fi't prises et pillée par les Perses ; en 504 av. J.-C., son gouverneur, Anstagoras, fit soulever toute l'Iomé contre Darius I", et par là provoqua les guerres Médiques. Dévastée par Alexandre, enlevée aux successeurs de ce prince par les Romains, Milet a été presque détruite par les Turcs ou les Mongols. Il ne reste que quelques ruines du temple d'Apollon, mais la ville même est ensevelie dans un lac formé" par le Méandre. On a cru à tort en retrouver les ruines à Palatcha.

MILETO, v.d'Italie (Calabre Ultérieure II"), à 16 k. N. E.de Nicotera; 2400 hab. Ëvêché. Presque détruite en 1783 par un tremblement de terre.

MILETOPOLIS. Y. OLBIA.

MILEVIS. V. MILAH.

M1LFORD, v. d'Angleterre (Pembroke), dans le pays de Galles, sur la baie de Milford-Haven, à 9 kil. N. O.de Pembroke; 6000 hab. Port vaste et sûr, l'un des meilleurs mouillages de l'Angleterre. Paquebots pour l'Irlande.

MILHAU ou MILHAUD, Mmilianum, ch.-l. d'arr, (Aveyron), dans l'anc Rouergue, sur le Tarn, à 49k. S. E. de Rhodez; 10 450 hab. Trib. de lrc inst. et de commerce, collège. Chemin de fer (pour Rhodez); mes étroites, mais bien bâties; église catholique, consistoire protestant, hôpital, fabriques de draps, serges et gants; tanneries; fromages, etc.—Ville jadis fortifiée et titre d'une vicomte; longtemps possédée par les Réformés, qui y tinrent de célèbres assemblées en 1574, 1575 et 1620. Prise en 1629 par Louis XIII, qui en rasa les fortifications. Patrie de Bonald. '

MiLHAU-LES-viGNEs,bgdudép. duGard, à7 k. S.O. de Nîmes; 1300 h. Vignes et eau-de-vie renommées.

MILIANA, Malliana, v. d'Algérie (prov. d'Alger),. ch.-l. de subdivision militaire, au pied du Djebel-Mi-liana et près du Chéiif, à 120 k. O. S. O. d'Alger; env.5000h. Maisons couvertes en tuiles rouges; eau excellente. Nombreuses ruines. On croit que le fils de Pompée mourut dans cette ville. — Occupée en 1834 par Abd-el-Kader, à qui elle fut enlevée par le maréchal Valée en 1840. Érigée en commune en 1854.

MILIZIA (Francesco), architecte et écrivain, né en 1725àOria (Terre d'Otrante), m. àRome enl798, est surtout connu par les ouvrages qu'il écrivit sur son art. Les principaux sont : Memoriedegli architetti antichi e moderni, Parme, 1781 (c'est une histoire de l'art par les monuments, en même temps qu'une biographie); l.'arte di vedere nette belle arti.Venise, 1781 et 1823, livre de critique, où sont appréciés avec autorité les travaux les plus célèbres; Principi d'Architettura, 1781, traité plein de science et de goût. Les deux premiers ont été traduits parPomme-reul sous les titres d'Art de voir dans les beaux-arts, 1798, etd'Essaisurl'hisloiredel'architecture, 1819.

MILLAS, ch.-l. de canton (Pyrénées-Orientales), sur le Tet, à 16 kil. O. de Perpignan ; 1300 hab.

MLLLEDGEVILLE , v. des États-Unis (Géorgie), capit. de l'État; 4000 hab. Arsenal, pénitencie-, écoles; chemin de fer. Fondée en 1806.

MILLÉNAIRES, sectaires chrétiens qui croyaient

qu'avant le jugement universel les élusdemeureraient mille ans sur la terre pour jouir de toutes sortes de plaisirs. Cette opinion se répandit dès le i*r siècle, et elle s'est fréquemment reproduite depuis. v

MILLER (Philippe), habile jardinier écossais, né en 1691, mort à Chelsea en 1771, a écrit : Diction-* naire du jardinier et du fleuriste, en angl., Lond., 1724; Catalogusplanlarumofficinalium qussin korto botanico Chelseiano aluntur, 1730; Dictionnaire des jardiniers, 1731, trad. par Chazelles, 1785-88; Calendrier du jardinier fleuriste, 1732, in-8, etc.

MILLERY, bg de France (Rhône), à 16 kil. S. O.

de Lyon; 1600 hab. Excellents vins rouges. ?'

MILLESIMO , bg d'Italie (Piémont),, sur la 'Ber-