Page:Bouillet - Chassang - Dictionnaire universel d'histoire-geo - 1878 - P2 - H-P.djvu/445

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


du Crostoloetdu Panaro. Un petit-fils d'Hercule III, François IV d'Autriche, dit François d'Esté, fut réin-tégré'dans le duché parle congrès de Vienne en 1815, et y devint la tige d'une nouv. maison d'Esté, dont les États furent déclarés réversibles à l'Autriche. Il accrut ses domaines en 1829 du duché de Massa et en 1847delaLunégiane.Ce prince se signala, ainsi que François V, son fils, qui lui succéda en 1846, par son oppositionaux idées libérales : François V fut expulsé en 1848 : il se fit rétablir l'année suivante par les Autrichiens, mais fut définitivement renversé en 1859. Ses États furent annexés au roy. d'Italie, dont ils forment auj. une province.

MODER, riv. d'Alsace (Bas-Rhin), naît dans l'arr. de Saverne, baigne Ingweiler et Haguenau ; reçoit à gauche la Rothbach, à droite le Zinzel; côtoie longtemps le Rhin du sud au nord, et s'y joint près de Seltz, après 80 kil. de cours.

MODESTE (S.), Sicilien qui subit le martyre au me siècle, est fêté, avec S.Gui (Vitus), le 15 juin.

MODESTIN'US (HERENNIUS) , jurisconsulte romain du m0 siècle, disciple d'Ulpien, jouit de la faveur des empereurs Alexandre Sévère et Maximin et fut consul avec Probus en 228. Il avait composé un grand nombre d'écrits dont il ne reste que quelques fragments, publiés par Brenkman, Leyde, 1706.

MODHAFFÉRIENS, petite dynastie de princes tur-comans qui régnèrent sur le Farsistan depuis la mort d'Abou-Saïd, dernier souverain gengiskhanide de la Perse (1335), jusqu'à l'invasion de Tamerlan (1394). Elle compte 4 princes : Modhaffer, 1318; Djélal-Ed-din, 1365; Zéin-élab-Eddin, 1382; Chah-Mansour, 1394. Ils furent toujours en guerre avec les Ilkha-niens, les Djoubaniens et les Turcomans du Mouton blanc et du Mouton noir.

MODICA, jtfoîyca.v. de Sicile, à 53 k. O.S. O.de Syracuse; 20 000 h. Vins renommés.Grottes remarquables. MODIN, bg de Judée (Dan),entre Joppé et Lydda, patrie des Machabées. Judas Machabéey battit l'armée d'Antiochus Eupator, roi de Syrie, 163 av. J.-C. MODLIN, v. de la Russie d'Europe (Pologne), à 65 kil. S. E. de Plock, au confluent de la Narew et de la Vistule. Ville très-forte. Les Polonais, insurgés contre la Russie, ysoutinrentunsiège en 1831.

BIODON, Méthane, v. forte de Grèce (Messénie), ch.-l. delaHte-Messénie,sur un rocher qui s'avance dans la mer, à 90 kil. S. O. de Tripolitza; 3000 hab. Métropolitain grec Petit port, tour octogone bâtie sur un îlot. Modon appartint longtemps aux Vénitiens; le traité de Carlowitz (1699) la leur avait rendue avec toute la Morée; mais ils la reperdirent par le traité de Passarovitz(1718). Les Français s'en emparèrent au profit des Grecs en 1828.

MODRUSS, bg de Croatie, à40 k. S. O. de Carlstadt, jadis ch.-l. de comté, donne son nom à un évêché dont le titulaire réside à Fiume.

MOELLENDORF (H., comte de), général prussien, 1724-1815, se forma sous le grand Frédéric, dont il resta l'ami, fut chargé en 1793 d'effectuer le démembrement de la Pologne ; remplaça en 1794 le duc de Brunswick dans le commandement de l'armée prussienne, et gagna sur les Français la bataille de Kai-serslautern, mais lut bientôt rejeté au delà du Rhin, fut blessé à Iéna, et pris dans Erfurt. Ce général, qui avait été opposé à la guerre, fut traité avec beaucoup d'égards par Napoléon et renvoyé sur parole à Berlin.

MOERBEKE, v. de Belgique (Flandre orient.), à 19 kil. N. E. de Gand ;4000 hab. Patrie de Guillaume ~- de Mcerbeka. Y. GUILLAUME.

MOERDYK., bourg de Hollande (Brabant sept.), à 13 kil.N. deBreda, surleHollandischDiep. Guill. de Frise, prince d'Orange, s'y noya en 1711.

MOERIS, roi d'Egypte delà 18° dynastie, dont le

| vrai nom est Touthmès IV, régna de 2006 à 1990 ou î de 1740 à 1724 av. J.-C. Il est surtout connu pour ! avoir fait creuser le lacqui porte son nom. — Ce lac, g dans l'Heptanomide, à 10 milles de la r. g. du Nil, était | destiné à recevoir le trop plein des eaux du fleuve. Les géographes anciens varient sur sa grandeur : la plupart lui donnent 600 k. de tour; Pomponius Mêla ne lui en donne guère que 30; deux pyramides sur-montéesde statues colossales assises s'élevaient au sein du lac : on en retrouve des ruines avec deux piédestaux très-dégradés ail S. E. du Fayoum et au N. de l'anc Crocodilopolis près du vge de Biahmou. C'est à tort qu'on avait cru retrouver le lac Mœris dans le lac actuel de Birket-el-Kéroum.

MOESIE. Y. MESIE.

MOESKIRCH, vge du grand-duché de Bade (cercle du Lac), à 12 k. N. E. de Stockach et à 30 k; N. de Constance; 1600 h. Moreauet Molitor y battirent les Autrichiens le 5 mai 1800.

MOEZ-ED-DAULAH (Ahmed), dont le surnom veut dire la Force de l'empire, le 1" de la.race des Bouï-des qui ait régné à Bagdad, soumit le Kerman, le Kourdistan et plusieurs autres provinces, prit Bagdad, déposa le calife Mostakfy, le priva de la vue (946), et le remplaça par Motfiy, sous lequel isfs'em-para de toute l'autorité. Il m. en 967.

MOEZ-LEMNILLAH, lel"calife fatimite, était depuis l'an 953 souverain d'Almahdya. Il soumit l'Afrique occidentale, conquit la Sicile (963), puis l'Egypte (968), fonda le Caire et y établit la dynastie des Fatimites, qui y régna plus de200 ans. Ilmouruten975 à 46 ans.

MOGADOR ou SOUEIRAH, v. maritime du Maroc, sur l'Atlantique, à 178 kil. S. O. de Maroc; 15 000 h. Port sûr; résidence de consuls européens ; citadelle, palais impérial. Commerce actif en mulets, maroquin, ivoire, ébène, etc. Fondée en 1760 par-l'empereur Sidy-Mohammed, sur l'emplacement d'un an-'cien château fort qui avait été construit par les Portugais; bombardée en 1844 par les Français.

MOGHOSTAN (c-à-d. Pays des dattes), l'anc. Carmanie déserte, contrée de la Perse, dans le S. du Kerman ; ch.-l., Minab. Sol plat, sablonneux, où l'on ne recueille que des dattes. Les côtes sont soumises à l'imam de Mascate.

MOGOL (le GRAND.-). Y. MONGOLS.

MOGUNTIACUM , auj. Mayence, v. de la Gaule, ch.-l. de la Germanique lre, chez les Caracates, sur le Rhin, fut très-agrandie par Drusus, frère de Tibère, 10 ans av. J.-C. Aurélien y défit les Francs en 241. C'est là que Lollien et Jovin furent proclamés empereurs (267 et 363).

MOHACZ, v. de Hongrie (Baranya), sur le bras occid. du Danube, à 95 kil. O. de Szegedin; 5000 hab. Siège d'un métropolitain grec; château fort. Les Turcs, commandés par Soliman II, y battirent complètement les Hongrois en 1526 : Louis II périt dans cette bataille; mais les Hongrois elles Impériaux , commandés par Charles IV de Lorraine, y défirent les Turcs à leur tour en 1687.

MOH

MOHAMMED, vrai nom du prophète que nous nommons Mahomet. Y. MAHOMET.

MOHAMMED-AL-MAHDI, calife abbasside, fils et successeur d'Al-Manzor, régna de 775 à 785 à Bagdad, combattit les Grecs, menaça Constantinople et contraignit l'impératrice Irène à lui payer tribut. Il fit du bien dans ses États et se montra clément, mais il déploya un faste inouï.

MOHAMMED-AL-MAHDI (Aboul-Cacem), dernier imam de la race d'Ali, né en 859. Selon les uns, il fut tué à 11 ans par le calife Motamed ; selon d'autres, il aurait vécu jusqu'à 75 ans. Quoi qu'il en soit, les Musulmans de la secte des Chyites croient qu'il disparut mystérieusement et ils l'attendent comme un autre Messie : c'est ce que signifie son surnom de Mahdi.

MOHAMMED-AL-GAURY, de la dynastie des Gaurides, régna sur la Perse et l'Hindostan. Associé au trône par son frère Gaïath-Eddyn dès 1171, il obtint ensuite de lui le roy. de Gaznah, fitde nombreuses incursions dans l'Inde, s'empara du Guzzerat, de La-hore, de Dehly, d'Adjmir, de Bénarès: renversa les idoles et établit partout l'Islamisme. Il périt assassiné eu 1206.

MOHAMMED (Aboul-Modhaffer-Nasser-Eddyn), empe-