Page:Bouillet - Chassang - Dictionnaire universel d'histoire-geo - 1878 - P3 - Q-Z.djvu/467

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fonda en 935 Achir (entre Constantine et Kairouan), dont il fit sa principale résidence, et, après avoir rendu de grands services aux Fatimites, périt à la bat. de Mansourah, qu'il livrait pour eux (971).

ZEIRI-BEN-ATYAH, 1er roi zéirite de Fez, d'abord cheik d'une tribu de Zéirites-Zénates, profita de la décadence des Édrisites pour se dérober à la souveraineté des rois de Cordoue, s'empara de Fez (988), établit sa résidence à Wadjida dans la prov. de Tlemcen (995), battit les Musulmans d'Espagne (996), mais fut à son tour vaincu par Abdel-Mélek, fils d'Al-manzor, et réduit à s'enfuir dans le Sahara ; il en revint à la tête de quelques tribus et reprit Tlemcen, Tahert, le Zab. Il m. en 1001, au milieu de ses succès.

ZÉIRITES, vulgairement Zégris, tribu et dynastie maure, a fourni plusieurs souverains à Fez, Tlemcen, Alger, Tunis, Kairouan, Mahdyah et Tripoli, et s'est partagée en plusieurs tribus qui étaient souvent en guerre : les deux principales étaient les Zéirites-Badissides ou Sanhadjides et Zéirites-Zénates. Le 1er des princes Zéirites Sanhadjides fut Yousouf-Balkin (fils de Zéiri-ben-Mounad), que le calife fatimite Moez-Ledinillah, en allant s'établir au Caire, avait laissé gouverneur de cette ville. Il se rendit indépendant des Fatimites (972), et reconnut les califes ommiades d'Espagne. Ces princes soumirent toute la partie N. O. de l'Afrique, se maintinrent surtout dans les États de Tunis et d'Alger, et eurent pour capitale Acbir (V. ZEIRI-BEN-MOUNAD). Leur domination dura de 972 à 1050, époque à laquelle ils furent, renversés par les Almoravides. Malgré leur chute, ils formèrent encore une tribu importante, qui devint surtout célèbre à Grenade par sa bravoure, son grand nombre et sa rivalité avec les Abencérages. — La tribu des Zéirites-Zénates, rivale de celle des Sanhadjides, leur enleva de bonne heure (988) Fez et plusieurs provinces occidentales de leur empire, sous la conduite de Zéiri-ben-Atyah, et s'y maintint jusqu'en 1070.

ZEITOUN, Lamia, v. du roy. de Grèce, ch.-l. du nome de Phocide-et-Phthiotide, à 65 k. N. O. de Livadie, près du golfe de Zeitoun (anc. golfe Maliaque) ; 4000 h. Cette ville a repris son anc. nom de Lamia.

ZEITZ, v. murée des États prussiens (Saxe), ch.-l. de cercle, près de l'Elster-Blanc, à 44 kil. S. de Mersebourg; 10 000 hab. Anc. évêché ; anc. château, auj. maison de correction et dépôt de mendicité.

ZÉLAKA, anc. forteresse d'Espagne, à 15 kil. N. de Badajoz. Yousouf-ben-Tachfin battit Alphonse VI, roi de Castille, dans la plaine de Zélaka en 1086.

ZÉLANDE, c-à-d. en hollandais pays de mer, prov. du roy. de Hollande, au S. O., se compose des îles formées par les bouches de la Meuse et l'Escaut (Walcheren, Beveland, Schouven, etc.), en tout env. 175 000 kil. carrés, et compte 170 000 hab.; ch.-l., Middelbourg. Elle se divise en 5 districts : Middelbourg, Sluys (l'Écluse), Hulst, Gœs, Zierikzée. Plaines basses et souvent inondées; digues dont l'entretien coûte plus de 2 millions par an. Climat tempéré, mais malsain; fièvres endémiques. Sol fertile et bien cultivé (grains, légumes, chanvre, colza, moutarde, pommes de terre). Riche pêche. Industrie : filage, toiles, lainages; distilleries, brasseries, moulins à huile, chantiers, etc. — Le sol de la Zélande est de formation moderne. Ce pays fut longtemps comme un terrain neutre entre les comtés de Flandre et de Hollande : de petits seigneurs en possédaient les îles ; en 1256, le comte de Hollande Florent V les réunit et prit formellement le titre de comte de Hollande et de Zélande. Dès lors la Zélande suivit le sort de la Hollande ; comme celle-ci elle passa à la maison de Bourgogne, forma sous Charles-Quint une des Dix-Sept provinces des Pays-Bas, se révolta contre Philippe II et signa l'union d'Utrecht (1579). Devenue en 1810 pays français, elle forma le dép. des Bouches-de-l'Escaut et partie des Bouches-de-la-Meuse; en 1814, elle fut réunie au royaume des Pays-Bas.

ZÉLANDE (NOUV-.), dite aussi Terre des États, Terre de Cook, nom donné à l'ensemble des deux îles Ika-na-Maoui et Tavaï-Pounamou, séparées par le détroit de Cook, et situées dans l'Océan-Pacifique austral, par 34°-47° lat. S. et 164°-178° long. E. Ika-na-Maoui ou l'île du Nord, placée aux antipodes de l'Espagne et du midi de la France, a env. 900 kil. du N. au S. sur 284 : Tavaï-Pounamou en a 906 sur 285 : on leur donne à toutes deux env. 100 000 hab. indigènes, appelés Maori; l'île du N. est la plus peuplée. Toutes deux sont divisées entre une foule de tribus indépendantes et ennemies; on n'y voit que des bourgades peu importantes. Une chaîne de montagnes traverse ces deux îles et offre quelques cimes couvertes de neiges éternelles et des volcans en ignition ; lacs nombreux. Côtes très-échancrées : on connaît surtout les baies dites des îles, de Lauriston, de l'Abondance, de Louviers, Dusky. Climat chaud, mais tempéré par les brises; sol très-fertile (surtout dans l'île du Nord); superbes forêts, peu d'arbres à fruits; fougère dite pteris esculenta, célèbre phormium tenax, yam, blé d'Inde. Mines de charbon de terre, de soufre, d'alun, de fer, de cuivre. Les seuls mammifères de la Nouv.-Zélande sont le rat et le chien; nombreux oiseaux aquatiques et poissons ; point de reptiles dangereux ni d'insectes venimeux. Les habitants sont forts, braves, belliqueux, mais cruels et anthropophages; ils n'ont pas de temples, mais quelques idoles grossières; chez eux le tabou règne dans toute sa force. Des missionnaires anglais établis près du port Wangaroa y ont fait connaître le Christianisme. L'industrie des Nouveaux-Zélandais se borne à exécuter des pirogues, des nattes, des filets, des casse-tête et des haches. — La Nouv.-Zélande fut découverte en 1642 par le Hollandais Tasman; elle a été visitée par Cook en 1769, puis par Surville, Marion (qui y fut massacré), Howel, Thompson, Freycinet, Dumont d'Urville. En 1835 la France avait formé à Akaroa, dans la presqu'île de Banks (île du Sud), un établissement qui a été abandonné. L'Angleterre, qui dès 1815 y avait entretenu des missionnaires, a pris possession de ces îles en 1840. L'île du Nord, ou Ile septentrionale, a reçu le nom de Nouv-Ulster; l'île du S. celui de Nouv-Munster ou Ile méridionale ; une petite île située au S. des précéd. a été appelée Nouv-Leinster ou Ile centrale. Le ch.-l. de la colonie est Auckland, dans l'île-du Nord. Le nombre des colons augmente tous les jours et surpasse déjà celui des indigènes. Le régime parlementaire fut introduit dans la colonie en 1853. Il y éclata en 1861 une violente insurrection que les Anglais eurent beaucoup de peine à comprimer.

ZÉLATEURS, sectaires juifs qui parurent vers l'an 66 de J.-C, étaient disciples d'un certain Judas de Galilée. Ils durent leur nom à leur zèle inconsidéré pour la liberté de leur patrie ; leur cruauté et leurs excès précipitèrent la ruine de Jérusalem, où ils s'étaient emparés du pouvoir, et qui fut prise par Titus en 70. Jean de Gischale fut un de leurs chefs.

ZELEIA, auj. Zileh, v. du Pont occid., au S. E., sur le Scylax, est célèbre par un temple d'Anaïtis, par la victoire de Mithridate sur le général Triarius, lieutenant de Lucullus (67 av. J. C.), et par la victoire de César sur Pharnace (47).

ZELL ou CELLE, ville des États prussiens (Hanovre), à 38 kil. N. O. du Hanovre, sur l'Aller; 12 000 hab. Cour d'appel, lycée, bibliothèque. Château fort, trois faubourgs. — Ancienne résidence des ducs de Brunswick-Lunebourg, Zell a donné son nom à plusieurs branches de cette maison (V. BRUNSWICK). Un traité y fut conclu en 1679 entre la France et la Suède d'une part, et les ducs de Brunswick et de Wolfenbuttel de l'autre : ce traité complétait celui de Nimègue

ZELL (Sophie de). V. SOPHIE DOROTHÉE et GEORGE I.

ZEMBLE (NOUV.-), c-à-d. en russe Terre-Neuve, groupe de deux îles de l'Océan Glacial arctique, au N. du gouvt d'Arkhangel, dont elles sont séparées par le détroit de Vaïgatch, et dont elles dépendent, par 68° 50'-76° lat. N., et 50°-68° long. E. : env. 855 kil.