Page:Bouquet - Recueil des Historiens des Gaules et de la France, 11.djvu/167

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


canno signi pro/ectà jure potitus est fJt^icus in Aormannùe Ducatum ,dùm Guillelmus pupUlarem tetqtem agebat tulelâ ici.licet. aiqHe custodià Ducat ils quem ipsi commiserat t Dux Bobertus priust/uàm iter Jcrosolymitamun arriperet. « frUlelnto » namque Domino Normanno» rum adhuc in mtate puerili ç,m » Hege Francorum manente > ait liobertus de Monte in accessionibus ad Sigebertum Normannia fiscus Regalis erat. Quod 4 certè invictum videtur clientela- j 1 ris Ducum status, Régis vèro in i Ducatum Dominii directi et feo- i dalis argumentum. Etenim ex < Normannorum moribus Custo- ( dia ininorum non ad ascenden- c trs, ut aiunty parentes ; sed ad ] Dominos féodales defertur et 1 insuper ut ad omnes pupUli be- i canno liberaliter suscepit. In Bpiumd Msl Historim tVUUlmi Gemeticensis Henrieus » pef fl. » M cUbitum stbi à Roberto, » .SVormarinim- Duce > subvenirt P*iï* ». Quod prmsriti* Dux KassalU sacramento fidelis. GuitUlmm Nothus ( ex H UUlmi Malmeshuriêntis libro jc gestis Regum Jnglorum J in pr*r Itis, c quamvis justiarem causam habere~vufereturf cum Hen~ » rico decernere ferro cavebat, cui » et pro sacramento etpro suffragio » obnoxius erat », Reipsà in pu* gndapud Divam non nisi tnvitids^ et ne consueta moderatio in suam perniciem verteret Regia castra adorsus est. Nec minori sedulitate consUiorum placitorumjue munia obivit namque Pro-entm Conventui apùd Victriacum

  • nno 1051 habito ad/uit. Ricnar- i

- < "•*»«’- uaus lADOaye de fécamn dus in pl«eito ,Srlaraneeten,rt inter Roberti Reglr ficleles secierrit et ob .eodern ~con jirm, atioraem petierat substitutioni.t locum Canonieorunt ~cclrsi~ Fiscanensts. < < c h tt n li V bt m » ni ce ris Di da Ni dis m*Wtenir. son droit à la Courons jH ^>i que Guillàume, en q*Z M de ya««(, a portée à Henri ; !i uJJ I impose assez, pour lui faire évite. :’ï de combattre contre son SeiW . ?̃ dans les guerres qu’its ont «,£ 4 ble pe n’est qu’à l’extrémité, et :W parce que le Roi abuse, de ce mén* 1 gement, qu’il. tombe sur le» troup» ’3 Royales’ au combat de Dive. Le .il même Guillaume ne fut pas moins m exact que ses prédécesseurs à rem- fl piir le devoir des Conseils et des I Plaids. Il assiste "avec les autres pnn- v I çipaux Seigneurs du Royaume à M l’Assemblée de Vitry dont nous M svons parlé on avoit vu sous le :M Regne de Robert Richard II aie- M fer dans un Plaids tenu à Senlis. "M Le même Richard demanda au- Roi M Robert et en obtint la confirmation M le l’établissement des Religieux M lans l’Abbaye de Fécamp.. H O-J– n t 1~ « Mais un droit remarquable que le Roi exerça sur la Normandie ̃* pendant la minorité de Guillaume le Billard c’est la Garde Royale de • ce Duché qui lui fut confiée par Je Duc Robert dans une Assemblée des Grands de cette Province, > avant le départ de ce Prince pour la Terre Sainte. Les Auteurs disent i que pendant le tems de la minorité du jeune Prince, la Normandie étoit un Vise Royal. Ce droit étoit une suite de la Vassalité des Ducs, et une reconnaissance de la Seigneurie directe et féodale du Roi sur le Duché où la garde des Mineurs n’appartient pas aux ascendans, mais aux Seigneurs de fieff coutume qui subsiste encore dans cette Province où même la Garde Royale attire toutes les autres, t lorsque parmi les fie& du mineur il s’en trouve un seul dans la mou-