Page:Bourgeois - Pour la Société des Nations.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


I
la limitations des armements

1.
EN 1899

Le programme de la première Conférence de la Paix ; contenu dans la circulaire du comte Mouravieff du 30 décembre 1898, plaçait au premier plan l’étude des moyens propres « à mettre un terme à l’accroissement progressif des armements de terre et de mer. »

La discussion de ce problème montra rapidement qu’on se heurtait une double difficulté. En premier lieu, certaines Puissances semblaient opposées en principe à toute solution et le représentant technique de l’Allemagne résumait en ces termes cet état d’esprit : « Le peuple allemand n’est pas écrasé sous le poids des charges et des impôts… ; quant au service militaire, l’Allemand ne le regarde pas comme un fardeau pesant, mais comme un devoir sacré… » En second lieu, les Comités, chargés par la Conférence d’examiner la question, reconnurent « qu’il serait très difficile de fixer le chiffre des effectifs sans régler en même temps d’autres éléments de la défense nationale et qu’il serait non moins difficile de régler, par une Convention internationale, les éléments de cette défense.

L’initiative du Tsar risquait donc de rencontrer sur ce point un échec complet malgré la popularité dont elle avait joui M. le Baron de Bildt, délégué de Suède

27