Page:Bourget - Les Deux Sœurs, Plon-Nourrit.djvu/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


par un artiste de la plus nouvelle école, si outrageusement réaliste qu’une fois la toile suspendue sur la cimaise du Salon, le baron a quitté Paris huit jours pour ne plus se voir, c’est le cas d’employer l’expression classique, en peinture. L’autre année, c’était son entrée dans un comité de coloniaux, au temps où il n’était question – éternelle chimère des Celtes imaginatifs – que des Indes Noires et des conquêtes africaines. Favelles s’est trouvé voisiner là avec un des membres les plus notoires de la Commune, que le sang des otages n’empêche pas d’être aujourd’hui conseiller d'État et commandeur de la Légion d’honneur. Les deux hommes ont failli avoir une affaire, dès la première séance. Le Vieux Beau en a eu réellement une, une autre année qui n’est pas lointaine, pour avoir été caricaturé dans un journal mondain, sous le pseudonyme par trop transparent et cruellement médical de « baron Gravelle », comme le Sigisbée d’une actrice en vogue. Le sexagénaire a essuyé le feu d’un jeune journaliste, en homme très brave, et il a tiré en l’air, de son côté, prouvant qu il est demeuré par surcroît un très brave homme, à travers une existence presque pathétique de futilité, si près de ce que nos pères appelaient les fins dernières. Nous mourrons tous, voilà qui est certain. Mais à quelle heure Favelles y penserait-il entre son cercle, les foyers de théâtres, les déjeuners