Page:Bouton - La Patrie en danger au 25 février 1848.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vieille querelle philosophique de l’Autorité contre la Liberté, — Blanqui, c’était la dictature, l'unité de pouvoir, le despotisme. Le despotisme allait-il sortir comme un coup de foudre de cette région ardente où nous forgions l’émeute !

Ils l’espéraient, excepté moi, peut-être. Il n’y avait de clair, à mes yeux, dans tout cela qu’une mort certaine, un épouvantable massacre, une mêlée féroce où le Gouvernement provisoire, les prétoriens de l’Hôtel de Ville allaient tomber dans un bain de sang, dans l’étreinte convulsive des socialistes.

Mon sacrifice fut bientôt fait. J’avais un tel pressentiment de la mort avant d’entrer au club, qu’ayant voulu casser une croûte avec Vilcoq, mon vin se répandit : C’était une libation aux dieux infernaux ! Je bus le reste aux mânes des hommes du National.

Jamais scènes plus lugubres, jamais attente plus sinistre. Le tourbillon qui avait emporté la monarchie allait-il, par un second coup, balayer la République naissante ? Telle était la pensée qui se renouvelait sans cesse dans mon âme.

En effet, ne croyant pas au triomphe des socialistes, voyant le Provisoire voué à la mort, il