Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 1.djvu/456

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
434
VÉGÉTAUX FOSSILES.

consiste dans un cône unique ressemblant à un fruit d’ananas dépourvu de la touffe de feuilles qui la termine et naissant du sein du bouquet de feuilles qui couronne la tige.

Le tronc des cycadées n’est point entouré d’une écorce véritable ; mais il est enfermé dans une enveloppe compacte composée des écailles persistantes qui ont formé la base des feuilles tombées et qui, avec d’autres écailles avortées, constituent une couche externe tenant lieu d’écorce[1].

J’ai publié en commun avec M. De la Bêche dans les Transactions géologiques de Londres[2] une note sur les circonstances dans lesquelles se sont rencontrés des troncs fossiles silicifiés de cycadées dans l’île de Portland, immédiatement au dessus de la pierre de Portland et au dessous de la pierre de Purbeck. Ces troncs sont renfermés dans les mêmes lits de terreau noir où ils se sont développés, et ils y sont accompagnés par des troncs couchés de grands arbres conifères convertis en silex, et par des souches de ces mêmes arbres maintenues dans une position droite, avec leurs racines encore enfoncées dans leur sol natal[3].

La figure 3 de la planche 57 représente de semblables souches d’arbres enracinées dans le terreau où elles ont pris nais-

  1. Pl. 58 et 59.
  2. Nouvelle série, t. 4, première partie.
  3. Pl. 57, fig. 1.

    La figure 2 de la même planche représente une triple série de sillons circulaires du sol et entourant une souche enracinée dans un lit de vase de l’île de Portland. Cette disposition curieuse a été produite, selon toute apparence, par les ondulations qu’ont déterminées les vents en soufflant à des époques diverses, suivant des directions différentes, à la surface de la masse d’eau douce peu profonde dont les sédimens ont fourni les matériaux de cette couche, pendant que le tronc s’élevait au dessus de l’eau. (Voyez les Transactions géologiques de Londres, nouvelle série, t. 4, p. 17)