Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 2.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


face tout entière d’une cloison transversale à l’extrémité la plus petite du troisième tour ; cette cloison offre des lobes et des selles analogues aux mêmes parties des ammonites. (D’après nature.)
15. Scaphites œqualis, de la craie des environs de Rouen. De la collection de M. Sowerby. À la surface extérieure de la coquille se voient des côtes et des tubercules qui lui servent en même temps de renfort et d’ornement ; les bords des lames transversales offrent des foliations sinueuses comme dans les ammonites. La bouche ou bord extérieur (b) revient en arrière, presque jusqu’à se trouver en contact avec les chambres aériennes que l’on voit en c. Le peu d’espace qui se trouve en ce point pour l’épanouissement des bras et de la tête donne de la probabilité à l’opinion que le mollusque de la sçaphite aurait été entièrement logé dans l’intérieur du corps. (D’après nature.)
16. Coupe transversale de la portion chambrée de la figure 15, destinée à faire voir la similitude qui existe entre la disposition des lobes et des selles chez cette espèce, et celle qui s’observe chez les ammonites. On voit que le siphon est également placé contre le bord dorsal de la coquille, en a. (D’après nature.)
17. Coupe longitudinale de l’étui calcaire et de l’alvéole d’une bélemnite.
a. Alvéole, ou coquille interne, partagé par des cloisons transversales en chambres aériennes.
b. Siphon traversant le bord des chambres aériennes.
c. Sommet de l’étui fibrocalcaire, ou cône solide de la bélemnite.