Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 2.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Fig. 5. Madrepora gyrosa (Ellis Zooph., pl. 51, fig. 2.)
Fig. 6. Coupe de l’animal de la Meandrina viridis, et du polypier dans lequel elle est placée.
Fig. 7. Animaux de la Meandrina limosa, vus en dessus, et amplifiés. Ils sont placés dans des cellules étoilées confluentes semblables à celles de la fig. 5.
Fig. 8. Un des mêmes animaux vu de profil, avec les bords des plaques du polypier situées derrière les tentacules. (Mém. du Musée d’hist. nat., t. 6, pl. 15, 4.)
Fig. 9. Caryophyllia Smithii de Torquay. (Grand, nat.)
Fig. 10. La même avec l’animal en partie déployé au centre du polypier.
Fig. 11. L’animal déployé vu en dessus. (Zoological journal, t. 3, pl. 13.)



Planche 55, t. I, p. 408.


Fjg. 1. A. B. C. Tronc et branches dichotomes d’un arbre fossile, le Lepidodendron Sternbergii, trouvé à la voûte d’une mine de charbon de terre à Swina eu Bohême. (Sternberg, pl. 1.)
Fig. 2. Extrémité d’une branche avec ses feuilles, ayant une longueur de dix à douze pouces (Sternberg, pl. 2[1]).
Fig. 3. Extrémité d’une autre branche avec des indices de fructification ayant quelque ressemblance avec un cone. (Sternberg.)
  1. Par une erreur de copiste, les branches dans cette figure sont représentées trop larges en proportion des feuilles.