Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 2.djvu/285

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


voir les disques polygonaux rangés sur deux ou trois lignes, qui recouvrent la surface des tubes longitudinaux. Quelques uns de ces tubes sont dépourvus de disques, comme cela a lieu dans toutes les conifères. Fig. 6. Coupe transversale de l’Araucaria excelsa.
a. Portion de l’un des cercles concentriques annuels.
Fig. 7. Structure rayonnante et concentrique d’une branche de pin, telle qu’on l’observe à l’œil nu dans une coupe transversale ; les réticulations microscopiques y ont été omises.
a, a. Couches concentriques annuelles qui servent à faire reconnaître l’accroissement périodique.
Fig. 8. Coupe longitudinale d’un pin, pour faire voir la position relative des vaisseaux longitudinaux et des rayons médullaires.
a. Vaisseaux longitudinaux constituant les fibres ligneuses.
b. Rayons médullaires.


Planche 57, t. 1, p. 433.


Coupes destinées à faire voir les restes silicifiés de conifères et de cycadées dans leur couche natale, située entre la pierre de Portland et la pierre de Purbeck, sur la côte du comté de Dorset.

Fig. 1. Troncs et racines de grandes conifères, et troncs de cycadées, dans le terreau noir qui formait le sol d’une ancienne forêt de l’île de Portland. (D’après M. de la Bêche.)
Fig. 2. Ondulations concentriques remarquables de la pierre autour du tronc dressé d’un arbre fossile de l’île de Portland. (D’après Henslow.)
Fig. 3. Position inclinée de troncs pétrifiés de grandes co-