Page:Buies - La Province de Québec, 1900.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
27
description générale du pays

à l’exception de quelques villages distribués sur la côte maritime, est la population la plus cosmopolite qui existe dans toute l’Amérique anglaise. Elle a été formée également, et à peu près dans le même temps, par des « loyalistes » américains, restés fidèles à l’Angleterre, lors de la proclamation d’indépendance des États-Unis, en 1776, d’Écossais, d’Irlandais, de Jersais, d’Acadiens et, plus tard, de Canadiens-français, devenus aujourd’hui l’élément le plus nombreux.

* * *

Les cours d’eau, dans la Gaspésie, ne sont ni très nombreux ni très volumineux ; cependant, plusieurs d’entre eux méritent d’être signalés. Ainsi, la Ristigouche, la plus belle et la plus considérable de toutes les rivières de la péninsule, l’Escuminac et la Nouvelle, qui traversent d’admirables terrains agricoles, et dont les eaux foisonnent de truites de dimension étonnante ; les rivières Cascapédia et York, devenues les rendez-vous annuels de nombreux Américains et Canadiens des villes, amateurs passionnés de la pêche au saumon ; la Bonaventure, célèbre pour la limpidité et la fraîcheur constante de ses eaux, au plus fort des chaleurs estivales. La Bonaventure est renommée surtout pour la richesse et l’étendue des forêts qu’elle traverse, les plus abondantes et les plus précieuses de toute la presqu’île gaspésienne, outre qu’elle est le point de départ d’une région agricole incomparable, qui s’étend jusqu’à la Pointe-au-Maquereau, sur une longueur d’environ quarante milles.