Page:Buies - La Province de Québec, 1900.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
31
description générale du pays

voisinage de la Rivière-du-Loup, puis reprend sa route vers le sud, pénètre dans le Vermont, sous le nom de Montagnes Vertes, et traverse enfin, sous son véritable nom d’Alléghanys, les États de New-York et de Pennsylvanie, où, dans leurs vastes flancs, le mineur et l’industriel ont découvert et exploitent, depuis nombre d’années, deux des sources principales de la fortune des États-Unis, le charbon et l’huile minérale.




Au nord du fleuve Saint-Laurent, les Laurentides, chaîne granitique, massées ensemble et se tenant étroitement, accompagnent le fleuve sur une grande partie de son cours, depuis la frontière orientale de la province, c’est-à-dire depuis le Labrador, jusqu’aux environs du Saguenay. C’est dans cette région, encore à demi sauvage, qu’elles apparaissent avec toute leur grandeur inculte et leurs merveilleux imprévus.

En approchant de la région du Saguenay, le massif des Laurentides se partage en deux rangées bien distinctes ; l’une décrit une grande courbe vers le nord pour contourner la vallée du lac Saint-Jean ; l’autre longe le Saint-Laurent jusqu’au cap Tourmente, parcourant ainsi une trentaine de lieues de rivages hérissés, où elles ont rassemblé leurs masses les plus profondes et dressé leurs plus hautes cimes. De ce dernier point elles commencent à s’éloigner graduellement du fleuve jusqu’à une distance d’environ trente milles ou 48 kilomètres, en arrière de