Page:Buies - Québec en 1900, conférence, 1893.djvu/3

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


QUÉBEC EN 1900
Mesdames et Messieurs,

Je viens tenter devant vous ce soir une chose inouïe, une chose que personne encore n’a pu accomplir : c’est d’être prophète dans son propre pays.

« Voilà une audace provocante ! » direz-vous. Soit. Mais l’homme ne s’amuse plus aujourd’hui à compter les degrés de l’échelle qui mène à l’impossible. L’impossible n’existe plus pour lui. Sur le point de franchir les portes d’un siècle nouveau, qui appartiendra tout entier à l’électricité, et de s’emparer de l’espace pour s’y promener à l’aise, jusqu’aux limites extrêmes de l’atmosphère qui entoure son globe, l’homme voit s’éloigner de plus en plus la limite de ce qu’il peut oser.