Page:Bulletin de la société géologique de France - 1re série - 3 - 1832-1833.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans le reste du département ; ils sont en masses remarquables dans les parties méridionales des arrondissemens de Bernay et d’Évreux.

Le minerai de fer et le calcaire siliceux en fragmens, forment surtout le terrain de transport, avec des bancs de silex, de la craie et des couches argilo-sableuses.

La craie ne se montre que dans les arrondissemens d’Évreux, de Louviers et des Andelys, tandis que la craie marneuse et verte, ainsi que le sable vert, occupent les vallées de la partie occidentale de l’arrondissement de Pont-Audemer ; enfin dans quelques vallées du district de Bernay, dans le Calvados, ressortent des formations très anciennes.

M. Hérault vient de réunir dans un seul ouvrage tous ses mémoires relatifs aux terrains du département du Calvados, en y ajoutant de nouveaux faits et en rectifiant d’anciennes observations. C’est encore une monographie départementale qui sera consultée avec fruit, et qui est à comparer avec celle de M. de Caumont. Le Calvados offrant une si grande variété de dépôts schisteux et cristallins, ainsi que la plupart des termes de la série anglaise, des formations jurassique et crétacée, sa description est tout à la fois une espèce de géologie élémentaire et un point de repère pour le géologue classificateur.

M. Boubée a fait paraitre trois numéros de ses Bulletins de nouveaux gisemens en France, savoir : un pour la minéralogie, un pour la géognosie et la géologie, et un troisième pour la paléontologie. (Paris. Chacun de lô pag. in-12.)

M. Graves a continué à nous donner, dans l’Annuaire du département de l’Oise pour 1832 et 1833, des détails géologiques sur cette partie de la France, que la Société a visitée en 1832 avec tant de fruit, grâce à l’extrême obligeance et aux connaissances locales de ce savant confrère. (Voy. Bull., vol. 2, pag. 1-23.)

Les cantons d’Estrées-Saint-Denis et de Froissy étant crayeux, il n’a consacré que de petits articles à leur géologie, dans le précis statistique de ces cantons ; néanmoins il donne ses observations sur les sables et les argiles à lignites qui recouvrent souvent la craie dans le premier canton.

Dans le canton de Guiscard, arrondissement de Compiègne, domine le calcaire grossier représenté seulement dans la région méridionale par les couches à nummulites et à grains verts. Ce dépôt se lie à des sables qui recouvrent partout la craie et contiennent des lignites et des marnes à coquilles d’eau douce. M. Graves donne la coupe des lignites de Muirancourt, de Solente et de