Page:Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine, volume 8.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
— 232 —

auxquelles elles appartenaient ; mais nous n’avons pas indiqué, dans la circonscription du dqyenrté de Fougères, l’église à laquelle ce titre était attaché. Quelle était donc cette église ?

Les documents que nous possédons ne nous fournissent aucun renseignement à cet égard. Les églises de Billé et de Montault sont les seules auxquelles la. tradition, d’accord avec eux, rattache cette dignité parmi toutes les églises qui formaient, dans les derniers temps, le doyenné de Fougères. : d’où je suis porté à croire que la [dignité de doyen, lors de son institution dans nos contrées, était une dignité purement personnelle, conférée a un prêtre qu’ill plaisait à l’évêque de choisir, sans tenir aucun compte dé l’église qu’il desservait.

Ainsi, une charte du x11e siècle nous montre, vers 1150, un

curé de Saint-Léonard de Fougères, du, nom de Juhel, remplissant les fonctions du décanat à la place du titulaire qu’elle nomme tout simplement Guiton, sans spécifier la position qu’il occupait.,

Ce ne fut sans doute que plus tard, au xiv“ siècle. cru-être, que l’on aura songé a inféoder, si je puis me servir cette expression, cette dignité à une église ett’a l’y attacher dg’une manière fixe et permanente, (le telle sorte que le titulaire de l’église fût également investi de la dignité. i

D’après cela, il y a tout lieu de présumer que la fusion des doyennés de Fougères et de Vendel était un fait accompli au moment de cette transformation, et que l’église de Billé fut choisie pour être le siégé des deux doyennés réunis. Ainsi s’expliquerait l’absence de tout vestige du siégé primitif du doyenné de Fougères, qui, s’il eût été déterminé, aurait dû conserver, sinon les droits, du moins le souvenir de son ancienne dignité. Mais quel put être le motif qui valut à l’église d’un simple" village, a- l’église déBillé, ’cet insigne honneur, ce remarquable privilège qui l ui snhordonanait en

quelque sorte toutes les églises de la contrée ?