Page:Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine, volume 8.djvu/359

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
— 356 —

biens ecclésiastiques, les uns effrayés des censures rleFÉglise, les autres touchés de ses pieuses exhortations, allaient enfin se dessaisir de ces biens qu’ils avaient trop longtemps possédés, au mépris de ses lois.

Main 1l, le seigneur de Fougères, qui jouissait a lui seul de la moitié de l’église de Romagné, fut le premier à entrer dans cette voie, en faisant l’abandon de ses droits a l’abbaye de lllarmontiers’en faveur du prieuré de Saint-Sauveur-des-Landes, qu’il avait fondé peu de temps auparavant.

Cette disposition ne se fit pas sans exciter quelque mécontentement parmi les seigneurs ses co-propriétaires, dont le principal était Pinel, fils dTIermeniot (voir Saint-Sauveurdes-Landes)

et pour le faire sentir aux religieux, ils commencèrent

par revendiquer pour eux-mêmes le droit de choisir et de présenter le prêtre qui serait chargé de desservir la paroisse.

Le seigneur de Fougères évoqua Paffaire ; et dans une assemblée a laquelle il avait convoqué, en même temps que les

opposants, le plusxgrand nombre possible des autres seigneurs de ses terres, il leur démontra, pur le témoignage des anciens, que le droit qu’ils réclamaient avait toujours été exercé par lui et ses prédécesseurs, et il les amena ainsi à renoncer à leurs prétentions et a reconnaître le droit des religieux a la présentation du desservant de la paroisse.

L’exemple du seigneur de Fougères ne tarda pas d’aveir des imitateurs. Plusieurs autres seigneurs, Juhel, Guitlienocet Gauthier, ces deux derniers fils de Cantelin, qui étaient en possession de certains droits sur l’autel et l’église de Romagné, s’en (ressaisirent également enfaveur de Marmontiers et du prieuré de, Saint-Sauveur-des-Landes.

La notice concernant la donation de Juhel (Bull. de PAss. i

BreL, t. IlI, p. 197) nous donne un curieux renseignement sur Pextrême division à laquelle pouvait être portée 1a pro-