Page:Burnouf - Dictionnaire classique sanscrit-français.djvu/373

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


f^

��mqa

��MçhlHlM niknîmâmi [kram] fouler aux pieds.

M§\ïïr nikwana m. [kwan) ton ou son musical.

��; p. ninixa\ etc.

��*M Tl 'iî-î^- nixdmi 1 Baiser.

{htII ^^'^« f- lente, œuf du pou.

T^TtI^IM nixipâmi (xip) déposer : amrlam kuçêsu l'ambroisie sur le kuça. || Donner en dépôt, confier : ddryâm pulrôsu sa femme à ses fils. || Livrer; donner, dis- tribuer : vrdclam clanam purusésu hcaucoui^ d'argent aux hommes ; tridandam clan nixipya sarvadûtêsu ayant assigné à tous les êtres ce triple châtiment. || Pp. nixipla.

nixiptavâda a. qui a cessé de parler. ^ nixêpa m. dépôt; gage; hypothèque que ron a sur qqn. || Au fig. nixêpô mê twayi tisfaty açwahfdayam tu me dois en échange la science du cheval.

nixêpaydmi c. de xip.

iH^^tHn^ niUanâmi {k'an) enfouir : cla- nam un trésor. || Inhumer, enterrer. || En- fermer, garder : hrdayê dans son cœur.

Miçl^ niUarha a. nain, très-petit. — S. n. un billion.

MT^FT nilHla a. sans vide, plein, com- plet, entier.

MÎT^^ft nigaccdmi [gam) parvenir à, obtenir : siddim la béatitude.

TH^Iv^' nigada m. n. fers, entrave; || chaîne de pied de l'éléphant.

nigadita a. enchaîné, entravé; mis aux fers.

TH^IMI nigana m. fumée de l'offrande.

"mTT^ nigada m. parole, discours; in- terpellation; récitation.

nigaddmi {gad) adresser la parole à qqn., l'interpeller, ac. || Raconter, faire connaî- tre; Il réciter. || Au ps. être appelé, être célébré : prat'amô comme le premier.

HÎI^ nigama m. {gam) Heu d'assem- blée, marché; foire; || marché central, ville. Il Commerce, trafic. || Au fig. évi-

��— 361 — Tq^T mcâ

. MÏÏT^TT^ nigâydmi {gœ) chanter, ré- citer ; rcam un hymne du Vôda.

HÏÏT^ nlgdram. {gf) action d'avaler.

T^ÏÏTFT nigdla m. (^«Z pour ;//•) avaloir, gosier, fanon du cheval, etc. nigulavalm. (sfx. 'U«i) cheval.

T^TïT^TÎ^ nigirdrni {gf) avaler, englou- tir.

T^ÎT nigu m. (gam ?) raisonnement, in- tellect.

T^ïï^ nigiula (pp. de giiJi) caché; mys- térieux, profond. — S. m. esp. de fève sauvaiïo.

��dence, vérité démontrée te, le Vêda.

��fie. Il . IIL'

��Ecriture sain-

��"Hi^ui nigarana n. {gf) déglutition,

action d'avaler, d'absorbef, — M. gosier, avaloir.

��Î^^T^ nigiihê {guh) cacher ; celer.

"WT^ftr nigrhndmi igrah) maintenir;

retenir : haydn des chevaux, varsam la pluie; Il empêcher; || tenir emprisonné ; || dompter.

T^TO^ nigraha a. (grah) qui n'accepte pas, qui lutte. — S. m. action de retenir, d'empêcher, de dompter; contrainte, coer- cition. Il Ce qui contient, retient, arrête; || limites, borne, frontière; || au fig. remède, médicament.

M^T^ nigraha m. {grah) aversion à, fi ! : nigrdhas tê que Dieu te confonde !

M^ nifjam. {han) cercle; boule. M^T niganiu m. (pour nigrant'u ?) Yd. vocabulaire.

McHT nigasa m. {gas) vivres, aliments.

"RÏÏTrFïïTPT nigdlaydmi (c. de han) frapper, tuer.

nigdti f. masse ou massue de fer. nigdlin a. qui frappe ; qui tue.

FTÏÏ^ nîgusLa n. (^wi) bruit ; tumulte.

M^^^ nigpwam. sabot, corne du pied.

■R^ nigna a. {haii) forcé d'obéir, abattu soumis; docile, sujet.

H^M nignâna a. {han) capable de tuer.

T^rTZÏ nicaya m. {ci) tas ; amas.

■ft^TIÎTPT nie ây ami (c. de ci 5) com- prendre,, s'apercevoir de, ac. '■"

�� �