Page:Burnouf - Lotus de la bonne loi.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


LE LOTUS

DE

LA BONNE LOI.




CHAPITRE PREMIER.


LE SUJET.


ÔM ! ADORATION À TOUS LES BUDDHAS ET BÔDHISATTVAS !


Voici ce que j’ai entendu. Un jour Bhagavat se trouvait à Râdjagriha, sur la montagne de Gridhrakûta[1], avec une grande troupe de Religieux, de douze cents Religieux, tous Arhats[2], exempts de toute faute, sauvés de la corruption [du mal], parvenus à la puissance, dont les pensées étaient bien affranchies, dont l’intelligence l’était également, sachant tout, semblables à de grands éléphants, qui avaient rempli leur devoir, accompli ce qu’ils avaient à faire, déposé leur fardeau, atteint leur but, supprimé complétement les liens qui les attachaient à l’existence ; dont les pensées étaient bien affranchies par la science parfaite ; qui avaient obtenu cette perfection suprême d’être complétement maîtres de leurs pensées ; qui étaient en possession des [cinq] connaissances surnaturelles, tous grands Çrâvakas[3]. C’étaient entre autres le respectable Âdjñâtakâundinya, Açvadjit, Vâchpa, Mahânâman, Bhadrika, Mahâkâçyapa, Uruvilvâkâçyapa, Gayâkâçyapa, Çâriputtra, Mahâmâudgalyâyana, Mahâkâtyâyana, Aniruddha, Rêvata, Kapphina, Gavâmpati,

  1. Le pic du vautour.
  2. Vénérables.
  3. Auditeurs.