Page:Burnouf - Lotus de la bonne loi.djvu/248

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



CHAPITRE XIX.

LE RELIGIEUX SADÂPARIBHÛTA.

Ensuite Bhagavat s’adressa ainsi au Bôdhisattva Mahâsattva Mahâsthâmaprâpta : Voici de quelle manière, ô Mahâsthâmaprâpta, il faut savoir que si l’on méprise une exposition de la loi pareille à celle que je fais, si l’on insulte les Religieux ou les fidèles des deux sexes qui possèdent un Sûtra de cette espèce, et si on les interpelle avec des paroles d’injure et de mensonge, le résultat futur de cette action sera malheureux, et à un tel point, que la parole ne peut l’exprimer. Ceux qui posséderont un Sûtra de cette espèce, qui le réciteront, qui l’enseigneront, qui le comprendront et qui l’exposeront à d’autres avec étendue, ceux-là obtiendront un résultat heureux de cette action, tel que celui dont j’ai parlé plus haut, c’est-à-dire qu’ils acquerront les perfections de la vue, de l’ouïe, de l’odorat, du goût, du corps et de l’intellect, que j’ai décrites tout à l’heure. Jadis, ô Mahâsthâmaprâpta, dans un temps passé, bien avant des Kalpas plus innombrables que ce qui est sans nombre, immenses, incommensurables, inconcevables, sans comparaison comme sans mesure, avant cette époque, dis-je, et bien avant encore, apparut au monde le Tathâgata, vénérable, nommé Bhîchmagardjita-ghôchasvararâdja, doué de science et de conduite, dans le Kalpa Vinirbhôga, dans l’univers Mahâsambhava. Ce Tathâgata, vénérable, ô Mahâsthâmaprâpta, dans cet univers Mahâsambhava, enseigna la loi en présence du monde formé de la réunion de tous les hommes et de tous les Asuras. C’est ainsi que pour faire franchir aux Çrâvakas la naissance, il enseignait la loi dont le but est la science de celui qui sait tout. La durée de la vie de ce bienheureux Tathâgata Bhîchma…râdja, vénérable, fut d’autant de centaines de mille de myriades de kôtis de Kalpas qu’il y a de