Page:Busch - Découvertes d’un bibliophile.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


« Quel homme qui veut pouvoir s’estimer soi-même, qui a quelque égard pour « la vertu, pour la bonté de son cœur, pour sa propre réputation, ne se croira a pas obligé de s’étudiera étouffer en soi tout penchant à la calomnie, et à éviter, « jusqu’au scrupule, tout discours qui pourrait nuire injustement à la réputation « de son semblable ? « Tel est le caractère de la calomnie, qu’il n’est aucune circonstance capable « de la rendre légitime, aucun cas dans lequel on puisse innocemment en faire « usage…. « Les anciens avaient raison de punir la calomnie comme un crime d’état ; la « société devrait en faire des exemples. » {Collect. de décis. nouv, et de notions relatif, à la jurisprudence ; 8* édition, dite Nouveau Denisarl. XI* vol. Supplémentaire. V.° Calomniateur, N* 7, p. 468 et 469.)