Page:Butin - Le Corset.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

- 62 —

cins de tous les temps se soient appliqués à signaler les dangers que l'ait courir l'abus du corset. Les femmes admettent sans discussion qu'on souffre pour être belle ; avoir gagné quelques centimètres de pourtour de taille, les console trop facilement des troubles dyspeptiques qui gâtent leur jeunesse et compromettent leur maturité. » M. Poirier nous enseigne que chez une femme normale, n'ayant pas fait usage du corset, les 8/9 de l'estomac sont situés à gauche de la ligne médiane du corps et 1/9, le canal pylorique et une petite partie du vestibule pylorique, à droite de cette ligne, dans la fosse hépatique. Le vestibule pylorique, le point le plus bas de l'estomac, se trouve en avant, à trois travers de doigts au-dessus de l'ombilic, chez les femmes ayant l'estomac dilaté, il se trouve très au-dessous.

Les deux points les plus fixes de l'estomac sont le cardia et la grosse tubérosité; on sait que cette dernière est fixée au diaphragme par adhérence de la séreuse stomacale avec le revêtement péritonéal du diaphragme. Le pylore est peu mobile, il est relié d'une part aux corps des vertébrés par l'intermédiaire du duodénum, maintenu d'autre part par le ligament hépatique reliant le pylore au cardia et au sillon transverse du foie.

La grande courbure est la partie essentiellement mobile de l'estomac; c'est elle qui est surtout déplacée par le corset trop serré.

A l'état normal, les contractions œsophagiennes et le poids des aliments introduisent ceux-ci dans l'estomac. M. Laborde a démontré que tant que dure la digestion