Page:C34 - Émeutes de Québec de 1918 - Témoignage de Xavier Blouin, constable de la Police municipale BAnQ Québec E17S10D1661-918.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le temps mais on était tellement surmontés qu’on n’était pas… qu’on ne sait pas où les placer.

Q. Vous ne pouvez pas vous rappeler de leurs noms ?

R. Non.

Q. C’était des gens de Québec ?

R. Si j’en voyais, je le dirais.

Q. Vous rencontrez ça souvent sur la rue n’est-ce pas ?

R. Je ne sais pas leurs noms.


INTERROGÉ par M. Picher.

Q. Vous avez dit que vous aviez entendu vingt cinq à cinquante coups de revolvers qui venaient de la foule ?

R. Oui.

Q. Pouvez-vous dire si ces coups là étaient tirés à balle ou si c’était rien que des cartouches blanches ?

R. Je ne peux pas dire.

Q. Avez-vous entendu siffler les balles ?

R. Non.

Q. Avez-vous vu le lendemain des gens qui faisaient des recherches et avez-vous constaté des balles de revolver dans la direction où vous étiez ?

R. …

Q. Avez-vous constaté si par ces balles il y avait eu des vitres de cassées ?

R. Non.

Q. Alors d’après vous c’était probable que c’était des cartouches blanches ?

R. Ça je ne peux pas dire ça.


INTERROGÉ par Mtre. F. C. Drouin.

Q. Vous dites que c’est tout probable qu’ils ont tiré à blanc ?