Page:Calloch - A Genoux.djvu/243

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« C’est pourquoi quand la nuit répand ses terreurs par le monde, — Dans les cavernes des tranchées lorsque dorment mes frères, — Ayez pitié de moi, et écoutez ma demande, — Venez et la nuit pour moi sera pleine de clarté.

« Mon Dieu, protégez-moi contre mes anciens péchés ; — Brûlez-moi, brûlez-moi dans le feu de Votre Amour — Et mon âme brillera la nuit comme un cierge, — Et je serai semblable aux archanges de Vos cohortes.

« Mon Dieu, mon Dieu, je suis le veilleur tout seul — Ma patrie compte sur moi et je ne suis qu’argile : — Accordez-moi seulement la force que je demande. — Je m’en remets à vous et à Votre Mère Marie !