Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GROS-PIERRE.

Oui, Monsieur l’Avocat, j’y venons, parce que j’ons une affaire de conséquence, où j’aurions grand besoin que vous me bailliez votre avis, voyais-vous.


M. DUBUT.

Eh bien ! mon ami, tu n’as qu’à dire. Tu sais bien que j’aime à te faire plaisir.


GROS-PIERRE.

C’est aussi pour cela que je venons à vous, Monsieur l’Avocat.


VINCENT, à Gros-Pierre.

Il m’est avis qu’il faut que je m’en aille, je m’en vais t’attendre aux trois-Rois.


GROS-PIERRE.

Quand j’aurai fini, j’irai t’y trouver.


VINCENT.

Adieu, Monsieur l’Avocat.


M. DUBUT.

Adieu, mon ami, adieu.