Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GROS-PIERRE.

Je ne voulons pas qu’on le mesure, & je ne voulons pas qu’alle m’accuse de cela ; c’est pourquoi je voulons l’y faire un procès en réparation de dommages & intérêts, afin qu’on m’adjuge son pré, pour que je n’ayons pas de disputes.


M. DUBUT.

J’entends bien cela.


GROS-PIERRE.

Voilà ce que je voudrois que vous me conseilliez, Monsieur l’Avocat.


M. DUBUT.

Mais, Gros-Pierre, cela n’est pas bien de vouloir avoir, comme cela, l’héritage de son voisin.


GROS-PIERRE.

Je savons bien qu’on dira cela ; mais si la Justice me le donne, qu’est-ce qu’il y aura à dire ?


M. DUBUT.

La Justice ne te le donnera pas.


GROS-PIERRE.

Pardonnez-moi, il n’y a qu’à embrouiller tout cela de façon que cela finisse comme