Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la Piece, pour les tourmenter ; mais qu’à la fin il viendra un Dieu qui raccommodera tout, & que l’on dansera une Chaconne.


M. SANGLIER.

Et si l’on n’en dansoit pas ?


M. QU’IMPORTE.

Qu’importe ? Je suis toujours sûr que l’on dansera quelque chose.


M. PILLIER.

Mais il faut que les airs de violon soient bons, pour que l’on danse bien.


M. QU’IMPORTE.

Qu’importe ? même quand on ne danseroit pas ; pourvu que l’Opéra finisse & qu’on puisse aller sur le Théâtre après.


M. SANGLIER.

Mais s’il n’y avoit plus d’Opéra, vous ne pourriez pas aller sur le Théâtre.


M. QU’IMPORTE.

Qu’importe ? j’irois ailleurs, je vais à présent, par exemple. Adieu, Messieurs je vous souhaite bien le bonjour.


M. PILLIER.

Monsieur, je suis bien votre serviteur.