Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



----

Scène IV.

M. SANGLIER, M. PILLIER.



M. SANGLIER.

Nous nous étions bien adressés, pour fortifier notre parti ; Monsieur Pillier, qu’en dites-vous ?


M. PILLIER.

Ma foi, Monsieur Sanglier, cela va mal pour nous ; il y a à Paris comme cela mille gens qui profitent de tout, & qui ne se soucient de rien.


M. SANGLIER.

Oui, & ils jetteroient les hauts cris si on leur retranchoit quelque chose de ce dont ils ne s’inquiétent point.


M. PILLIER.

Cela est sûr, nous avons la peine & eux le plaisir ; demandez-moi pourquoi ? par exemple.


M. SANGLIER.

C’est que nous sommes trop bons.


M. PILLIER.

C’est vrai ; mais comme c’est le bien public qui nous occupe, il ne faut pas s’y refuser.