Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tres elle m’a renvoyé, sans vouloir les lire !


Le BARON.

Tout cela devoit être.


Le COMTE.

Et pourquoi ?


Le BARON.

Comment veux-tu qu’après une rupture aussi éclatante, elle puisse te recevoir ? Après avoir donné ton portrait à son Suisse, afin qu’il ne s’y trompe pas, & qu’il ne te laisse plus entrer.


Le COMTE.

Peux-tu me rappeler ce comble d’humiliation ?


Le BARON.

Il est vrai que ce même Suisse a été renvoyé depuis un mois ; & que, sans cela, tu ne serois pas entré ici, aujourd’hui ; que même tu ne l’aurois pas essayé.


Le COMTE.

Non, sûrement.


Le BARON.

Je vais donc parler à la Marquise, encore en ta faveur : cache-toi ; & si tu trouves un instant, où tu puisse espérer de la toucher, tu