Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



La MARQUISE.

Je viens de chasser mon Suisse, je veux que vous le repreniez.


Le COMTE.

Je ne sais que penser…


La MARQUISE.

Ce ne sera plus à vous que je m’en prendrai s’il vous arrive une seconde fois…


Le COMTE.

Bannissez pour jamais cette pensée.


La MARQUISE.

Ce sera à moi, à ma foiblesse, à mon amour, que tous vos torts n’ont pu détruire.


Le COMTE.

Je vais expirer de joie à vos pieds ! (Il veut se jetter aux genoux de la Marquise, qui le relève & lui donne sa main.)


Le BARON.

Voilà, Madame, l’opinion que j’avais de votre ame, elle est trop délicate & trop généreuse, pour être toujours inflexible.


La MARQUISE.

Je me sacrifie pour ce que j’aime.


Le COMTE.

Vous jugerez de l’excès de mon bonheur, par tout ce que je ferai pour le mériter toujours.