Page:Carnet de guerre d'Emile Chollet.pdf/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


grand plaisir à lire, depuis le temps ! J’ai vu « le Rêve » de E. Zola et les « Demi-Vierges » de M. Prévost. C’est très bien.

À la Popote toujours très bien ! le Lt est très gentil et nous rions bien car nous évoquons des manies d’un certain d’entre-nous ! —


11 Mars 1917. Aujourd’hui il fait un temps splendide ça n’est tout de même pas ordinaire !

J’ai reçu hier soir deux lettres de mes Parents et une de Mademoiselle Baronnet, je suis bien content.

Ma bonne Maman m’a écrit quelques lignes, pauvre Maman. Elle a l’air de bien se tourmenter pour moi, comme c’est attendrissant la lettre de sa Maman. Et mademoiselle Germaine aussi Elle m’a fait une lettre bien mignonne.

Ce matin nous avons très bien déjeuner, puis tous les quatre nous sommes allés voir un avion qui avait atterri près de nous, le pilote avait une balle dans l’épaule et le réservoir d’essence troué et encore des égratignures et des trous un peu partout, c’est une chance que l’appareil ne se soit pas enflammé. C’est un boche camouflé aux couleurs Françaises qui a été tiré dessus et notre pilote s’en est aperçu trop tard.

Le bombardement a été assez intense aujourd’hui à la brosse-à-dents et à la cote 1248.

Quel beau temps tout de même ! j’ai mis la table dehors et assis sur une tombe c’est là que j’écris.


12-13. Hier rien de nouveau nous finissons fort l’Abri du général car il doit venir s’installer demain matin à 7h1/2.

Toujours très bien à la Popote, le Lt Tavernier nous a rapporté qu’un commandant d’artillerie qui a des batteries à Léninski, est très pince-sans