Page:Carnet de guerre d'Emile Chollet.pdf/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ciel est couvert, je suis tout mal fichu !…

En ce moment les obus sifflent pas mal les éclatements font trembler la maison…

Je vais écrire à mes Parents et à Mademoiselle Germaine. Je vous embrasse tous très fort.


24 Mars 1917.— ici c’est la guerre, c’est moche !

Aujourd’hui, j’ai fait travailler mes hommes de 11h à 17h et ce soir on remet ça. Hier soir à la 3e section il y a eu 2 blessés dont un gravement.

je me sens fatigué, et dire que je ne pourrai me coucher que demain matin ! C’est drôle on se prommène dans le cimetière sans aucune émotion. Une tombe est très ancienne, elle est entourée d’une barrière de bois, il y a un banc, puis sur la pierre tombale, un couvercle de zinc à charnières le lieutenant nous a emmené voir ça c’est pas ordinaire. Il a soulevé le couvercle et l’on voit sous verre, une espèce de tapisserie en jutes et 3 photos de la morte.

Hier soir j’ai reçu une lettre de Papa et de Madame Baronnet. je suis heureux que Monsieur Rabusseau ait averti mes Parents de ma nommination.

je vais profiter d’un peu de temps de libre avant diner pour écrire. Au revoir Chers Tous je vous embrasse très très fort.

25 Mars 1917.— Hier soir je ne suis pas allé au travail c’est Cruzot qui est monté. J’ai dormi à peu près bien. J’ai toujours mal de tête, je ne me sens pas très très costaud.— J’ai reçu deux colis un de Papa et un de Madame Baronnet.

Pourvu que ce soir on ait des lettres et que j’en aies moi — j’en veux de mes Parents, et de Mademoiselle Germaine. Que Dieu m’entende !