Page:Carnet de guerre n° 3 d'Alexandre Poutrain.pdf/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


il n’accepte plus mes réponses verbales, il exige une réponse écrite.

Le lendemain, avant mon départ pour Quéant, je lui remets cette réponse : « Considérant que depuis le début de l’invasion, c’est l’autorité allemande qui administre toutes les sources de revenu de la Commune, aux lieu et place des habitants, dans ces conditions, le maire de Croisilles estime que si l’intendance allemande se croit en droit de réclamer une somme à la Commune, il appartient à l’autorité allemande de payer cette somme. » (Cette réponse fut transcrite sur le registre de délibérations.)

Je communique cette réponse à Mr Loth. Il me dit « Quand vous partirez tout à l’heure, je vous ferai mes adieux. Cette fois les allemands vont vous enlever. » Je ne crois pas lui dis-je : « Il y a longtemps que nous serions en allemagne s’ils