Page:Carnet de guerre n° 3 d'Alexandre Poutrain.pdf/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


mes papiers. Je lui montre ma carte de commissaire du Comité Hispano. Il s’écarte en présentant l’arme. Il pleuvait. À cette époque de l’année, cette petite pature piétinée par deux cents jeunes gens, constitue un cloaque inconcevable. Le logement consiste en un seul baraquement tout en longueur. Il y a deux rangées de lits appuyés perpendiculairement aux parois. Les couchettes sont formées par trois bandes de grillage superposées. Entre les lits il existe un passage de 0m50 ; l’allée du milieu a un mètre. À chaque bout, à la distance du pignon, du quart de la longueur totale, il y a un petit foyer dans le milieu de l’allée.

J’appelle à tue-tête Dhenin. Ce jeune homme a peine à sortir du groupe pour arriver.

Cette baraque leur sert également de réfectoire. À l’heure des repas, on les fait sortir. En rentrant,