Page:Carnet de guerre n° 3 d'Alexandre Poutrain.pdf/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de la retraite, il tombe frappé d’une balle, au milieu de ses camarades qui le croient tué, l’abandonnent.

Profitant du desarroi, quelques soldats débrouillards vont voir leur famille à Lille, racontent que l’ingénieur est tué, servent de témoins à la mairie où l’on dresse l’acte de déces. La jeune veuve n’a pas d’enfant. Un an plus tard elle épouse son premier fiancé qui n’est pas soldat. Elle a un enfant.

Or, ce matin, ce jeune homme voit arriver en gare un groupe de prisonniers français ; il reconnait l’ingénieur, ils se parlent. Le prisonnier a demandé des nouvelles de sa femme…


Au cours d’un voyage ultérieur, Cappelle me dit que la veille, dimanche, il est encore arrivé un groupe de prisonniers français. Cappelle les a vus passer dans la rue ; il a reconnu Louis