Page:Carnet de guerre n° 3 d'Alexandre Poutrain.pdf/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


nous y mettons des fétus en communication avec de la paille, du menu bois orienté vers les chevrons. Si ces chevrons s’allument, la maison ne tardera pas à brûler.

Puis nous bourrons le four avec des débris de mobilier. En avant nous jetons des déchets, des balayures, de façon à donner l’impression que c’est là un dépot d’ordure ; si on veut s’en débarrasser, il suffit d’y mettre le feu.


Depuis l’évacuation du huit, apres chaque repas nous lançons par la fenêtre notre vaisselle sur le trottoir. Cette façon de laver les assiettes exaspère les allemands, d’autant plus que nous utilisons la vaisselle à profusion.


Cependant nous essayons de mettre en lieu sûr quelques objets. Nous enfermons du linge, des vêtements dans les tonneaux qui ont contenu le saindoux du