Page:Casanova - Mémoires de ma vie, Tome 1.pdf/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
91
[70r]


Je vous ecoute sans perdre un seul de vos mots ; mais vous devez aussi sentir qu’honetement je ne peux pas à l’obscur me mettre auprès de vous. — Vous prétendez donc que je me tienne ici comme ça jusqu’à l’aube ? — Jetez vous sur le lit, et dormez. — Je vous admire que vous trouviez cela possible, et combinable avec mon feu. Allons. Je veux m’imaginer de jouer à Colin maillard.

Je me leve alors ; et je la cherche en vain par toute la chambre en long, et en large. Je me saisis de quelqu’un ; mais c’est toujours Nanette, ou Marton, qui par effet d’amour propre se nomment dans l’instant. Dans le même instant, sot D. Quichotte, je me crois en devoir de lacher prise. L’amour, et le prejugé m’empechent de connoitre la vilenie de ce respect. Je n’avois pas encore lu les anecdotes de Louis XIII roi de France; mais j’avois lu Boccace. Je poursuis à la chercher. Je lui reproche sa dureté, je lui remontre qu’elle doit à la fin se laisser trouver, et elle me repond alors qu’elle doit avoir la meme difficulté que moi à me trouver. La chambre n’etoit pas grande, et je commence à enrager de ce que je ne pouvois jamais l’attraper.

Plus ennuyé que fatigué, je m’assieds, et je passe une heure à leur conter l’histoire de Roger lorsqu’Angelique lui avoit disparu moyennant la bague enchantée que trop bonnement le chevalier amoureux lui avoit remise.

— Così dicendo, intorno a la fontana
Brancolando n’andava come cieco
O quante volte abbracciò l’aria vana
Sperando la donzella abbracciar seco.

Angela ne connoissoit pas l’Arioste ; mais Nanette l’avoit lu plusieurs fois. Elle se mit à défendre Angelique, et à accuser la bonhomie de Roger qui étant sage n’auroit jamais dû confier la bague à la coquette. Nanette m’enchanta ; mais j’étois alors trop bête pour faire des reflexions convenables à un retour sur moi même.

Je n’avois plus qu’une seule heure devant moi, et il ne falloit pas attendre le jour, car Madame Orio seroit plutôt morte que tentée de manquer sa messe. J’ai passé cette derniere heure à parler tout seul à Angela pour la persuader, et puis pour la convaincre qu’elle devoit venir s’asseoir près de moi. Mon ame a passé par toutes les couleurs dans un creuset, dont le lecteur ne peut pas avoir une idée claire, à moins qu’il ne se soit trouvé en pareil cas. Après avoir employé toutes les raisons excogitables, j’ai employé les prières, puis (infandum) les