Page:Casgrain - Légendes canadiennes, 1861.djvu/283

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


V


À peine Madame Honel eut-elle cédé à ce premier mouvement qu’elle rougit de sa faiblesse.

Honteuse d’avoir un moment reculé devant une idée superstitieuse, elle ajouta d’un ton ferme :