Page:Casgrain - Légendes canadiennes, 1861.djvu/286

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


lèvre violette fait frissonner jusqu’à la moelle des os.

Elle soulève à chaque pas une poussière d’étincelles bleuâtres qui voltigent autour d’elle, profilant dans l’ombre d’étranges silhouettes.

Salamandre incombustible, elle marche impunément à travers la flamme des brasiers, sans que les tisons osent mordre même les pans de sa robe.



La brise nocturne, — le nuage qui passe lui apportent, — messagers fidèles, — le son de la voix de ceux qui l’invoquent.

À son cri, les hiboux éveillés, écarquillant leurs fauves prunelles, sortent des crevasses des rochers et des ruines et répondent à son appel.

À l’heure de minuit, elle descend sur une étoile filante, ou sur un rayon de la