Page:Casgrain - Légendes canadiennes, 1861.djvu/295

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



VI


Après ce récit prononcé d’une voix émue par une sorte d’enthousiasme religieux, le Sauvage et le Canotier gardèrent un moment de silence.

— C’est bien là, au fond, ce que rapportent les Missionnaires, pensa Madame Houel avec inquiétude…