Page:Casgrain - Légendes canadiennes, 1861.djvu/298

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


gner, osciller encore et s’évanouir un instant après.

Longtemps ces mystérieuses vibrations, qui semblaient tantôt descendre des nuages, tantôt remonter du fond des cavernes de la mer, ou s’échapper d’une conque marine, ou filtrer à travers le treillis des bois, voltigèrent en notes intermittentes parmi le silence solennel de la nuit ; ne parvenant à son oreille qu’à de longs intervalles, et par frêles lambeaux.



Il crut d’abord être le jouet d’une illusion ; mais après quelques minutes de silence, la même mélodie bizarre ; mais plus distincte et plus rapprochée…

— Eh bien ! Madame, chuchota le Canotier, entendez-vous ?… Croirez-vous maintenant aux paroles d’un homme qui