Page:Casgrain - Légendes canadiennes, 1861.djvu/299

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


n’a pas appris ce qu’il sait dans les livres ?…

Et continuant comme s’il se fût parlé à lui-même :

… — Minuit !… Ce soir la nouvelle lune et la…

— Bah ! repartit Madame Houel, la plainte de quelque loup-marin sur les rochers.[1]



Le Canotier haussa les épaules, et attendit sans répondre.

— Vous aviez raison, — reprit enfin Madame Houel après quelque temps de silence, — j’entends maintenant très-clairement une voix ; mais est-ce une voix humaine ?… Jamais je n’ai rien entendu de si extraordinaire.

  1. On sait que les cris du loup-marin imitent, à s’y méprendre, les plaintes d’un enfant.